• zappinginfo

En Centrafrique, l'ex-président François Bozizé a pris la tête de la rébellion

L'ancien président centrafricain François Bozizé est désormais à la tête de la rébellion qui a lancé mi-décembre une offensive pour renverser le président Faustin Archange Touadéra, a indiqué, dimanche, l'organisation rebelle de la Coalition des patriotes pour le changement.


L'ex-chef de l'État centrafricain François Bozizé a pris la tête de la rébellion qui a lancé il y a quatre mois une offensive pour renverser le président Faustin Archange Touadéra, réélu en janvier, et désormais en recul après avoir pris le contrôle de plusieurs villes.

Le porte-parole de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), Serge Bozanga, a indiqué, dimanche 21 mars, à l'AFP, que François Bozizé avait répondu favorablement à "l'appel" des six groupes armés membres de la CPC, lui "demandant de prendre la tête" de la coalition "en qualité de coordinateur général".

Mi-décembre, six des plus puissants groupes armés qui contrôlaient les deux-tiers de la Centrafrique, en guerre civile depuis huit ans, se sont alliés au sein de la CPC, puis ont lancé une offensive contre le régime du président Touadéra.


"Marcher sur Bangui"

Dès que la coalition avait annoncé "marcher sur Bangui", le 19 décembre, Faustin Archange Touadéra avait accusé François Bozizé d'être à la tête de la CPC, ce qu'avait nié le parti de l'ancien chef de l'État.

Le jour de l'élection présidentielle, François Bozizé avait néanmoins apporté son soutien à la CPC et appelé à boycotter le scrutin. Le 4 janvier, une enquête a été ouverte à son encontre, notamment pour "rébellion".

Malgré des attaques répétées, jusqu'aux portes de la capitale vite repoussées le 13 janvier, les rebelles n'ont pas réussi à empêcher la réélection de Faustin Archange Touadéra à l'issue du premier tour de la présidentielle du 27 décembre.

Les rebelles avaient réussi pendant leur offensive début janvier à prendre le contrôle de certaines villes, comme Bangassou, située à 750 km de la capitale. Mais les rebelles ont quitté la ville deux semaines plus tard, après un ultimatum de l'ONU et depuis près de deux mois, ils ont perdu un certain nombre de villes.

"Asphyxier" la ville

La CPC a cherché à couper le trafic sur les routes nationales 1 et 3, un axe routier vital qui relie Bangui, la capitale de ce pays enclavé, au Cameroun voisin, pour tenter "d'asphyxier" la ville, selon l'ONU.

Les forces pro-gouvernementales ont alors mené une contre-offensive pour libérer les villes de Boda, Boali, Bossembélé, Bossemptélé, Yaloké et Beloko, ouvrant l'axe de ravitaillement vital reliant la capitale au Cameroun.

François Bozizé, arrivé au pouvoir en 2003 à la suite d'un coup d'État avant d'en être chassé en 2013, s'était porté candidat à la présidentielle du 27 décembre.


Sa candidature avait été invalidée, début décembre, par la Cour constitutionnelle au motif, notamment, qu'il était sous le coup de sanctions de l'ONU pour son soutien présumé à des milices d'autodéfense coupables, selon les Nations unies, de crimes de guerre et contre l'humanité au paroxysme de la guerre civile en 2013 et 2014.

Renversé en 2013 par une coalition de groupes armés dominée par les musulmans, la Séléka, François Bozizé est accusé notamment par les Nations unies d'avoir organisé une contre-insurrection sanglante depuis son exil, celle des milices anti-balaka majoritairement chrétiennes et animistes.

En 2014, les Nations unies l'ont placé sous sanctions pour "soutien" aux anti-balaka et l'accusent d'"avoir demandé à ses milices de poursuivre les atrocités" contre les musulmans.

Le président Touadéra a été réélu à l'issue d'un premier tour contesté, où moins d'un électeur sur deux a pu se rendre aux urnes en raison des violences des groupes armés.

Avec AFP


Texte par :FRANCE 24

0 comments
dj510ee.png