• zappinginfo

Tensions France-Turquie: Erdogan demande aux Turcs de boycotter les produits français



Le président Recep Tayyip Erdogan a appelé ce lundi les Turcs à boycotter les produits français, en pleine dispute avec Paris au sujet du traitement des musulmans de France et après la multiplication des manifestations et appels au boycott dans plusieurs pays du Moyen-Orient.


« Tout comme en France certains disent "n'achetez pas les marques turques", je m'adresse d'ici à ma nation : surtout ne prêtez pas attention aux marques françaises, ne les achetez pas », a lancé Recep Tayyip Erdogan dans un discours à Ankara ce lundi 26 octobre.

« Une campagne de lynchage semblable à celle contre les juifs d'Europe avant la Deuxième Guerre mondiale est en train d'être menée contre les musulmans », a-t-il ajouté, accusant certains dirigeants européens de « fascisme » et de « nazisme ».


Le dirigeant turc reproche à son homologue français d'avoir promis que la France continuerait de défendre les caricatures du prophète Mahomet, promesse prononcée lors de l'hommage national au professeur Samuel Paty, professeur décapité dans un attentat islamiste pour avoir montré ces dessins en classe. Ces propos ont suscité un flot de critiques dans le monde musulman, de la part de dirigeants politiques et religieux, d'élus mais aussi de simples citoyens sur les réseaux sociaux et ont provoqué manifestations et appels au boycott des produits français.

Attaques répétées contre Macron

Il y a deux semaines, le président turc avait déjà dénoncé comme une provocation les déclarations d'Emmanuel Macron sur le « séparatisme islamiste » et la nécessité de « structurer l'islam » en France. Erdogan avait alors mis en cause la santé mentale Emmanuel Macron, suggérant qu'il fasse « des examens de santé mentale ». Attaque répétée une seconde fois durant le week-end dernier.

Le président français a toutefois enregistré une série de soutiens en Europe, dont celui de la chancelière allemande Angela Merkel, qui a condamné des propos « diffamatoires » contre lui.

(Avec AFP)


RFI

0 comments
dj510ee.png